Ce jeudi 5 septembre, à Avignon, les députés et sénateurs socialistes ont accueillis Bernard Cazeneuve pour qu’il vienne présenter sa vision de l’écologie. Son discours s’est étalé sur pas moins de deux heures, l’intéressé ayant déclaré : « Je ne suis pas venu ici pour donner des conseils mais pour dire sincèrement ce que je crois ».

Le but de cette manœuvre était de fournir à l’organe socialiste en élément concret et en idéologie en prévision des prochaines élections présidentielles. Il avait donc naturellement préparé minutieusement sa prise de parole. Il a notamment profité du créneau pour parler de l’état du monde, pour remettre en cause le multilatéralisme, pour évoquer une Europe affaiblie. De plus, il a également listé un éventail large des défis et risques pour élever le parti et refonder son idéologie centrale.

De plus, il s’est également penché sur une croissance écologique et une croissance « sobre ». Il a ainsi fait la proposition d’un axe de travail et de gros chantiers tournés vers l’urgence écologique. Cela reste cependant surprenant, il n’est pas fréquent de l’entendre évoquer le sujet de l’écologie, notamment face à son passé relativement associé aux attentats de 2015 et à sa gestion personnelle des questions de sécurité.

Selon sa vision personnelle sur le sujet, le PS doit clairement assumer et accepter « la grande mutation écologique et le maintien d’une grande ambition de redistribution et de solidarité associée à une grande transition écologique et la possibilité d’une croissance sobre et sûr. Le tout supportant la mutation écologique et le maintien de la foi dans le progrès, la technique et la science ».