Suite à l’annonce faite par le G7 sur le sujet, le Brésil a refusé ce lundi l’aide proposée par ces derniers afin de combattre les incendies qui ravagent la forêt amazonienne. Ce refus a été formulé par le chef de cabinet de Jair Bolsonaro, qui est même allé jusqu’à conseiller au président français qu’il vaudrait qu’il s’occupe « de sa maison et de ses colonies ».

Comme il l’a déclaré « Nous remercions le G7 pour son offre d’aide, mais ces moyens seront peut-être plus pertinents pour la reforestation de l’Europe ». Déclaration d’Onyx Lorenzoni confirmée par la présidence brésilienne.

Concernant cette aide, Emmanuel Macron avait dévoilé un montant de 20 millions. Sur ce point, M. Lorenzoni a commenté « Macron n’arrive même pas à éviter un incendie prévisible dans une église qui fait partie du patrimoine mondial de l’humanité, et il veut nous donner des leçons pour notre pays ? ».

A ceci s’est ajouté « Il a beaucoup à faire chez lui et dans les colonies françaises ». Pourtant, paradoxalement, le ministre de l’Environnement Ricardo Salles avait jugé comme bienvenue l’aide apportée par le G7. Du moins jusqu’à ce que le président brésilien ne se réunisse avec quelques-uns de ses ministres et que son chef de cabinet ne formule leur volonté commune. Ernesto Araujo, chef de la diplomatie brésilienne, a notamment renchéri « Personne n’a besoin d’une nouvelle initiative sur l’Amazonie », tout en évoquant que des mécanismes pour financer le combat contre la déforestation étaient déjà en places, et cela sous l’égide de la Convention du climat de l’ONU.