Jeff Bezos, PDG d’Amazon, vient de nommer les premiers bénéficiaires de son fonds climatique de 10 milliards de dollars. Tesla, la société d’Elon Musk spécialisée dans les véhicules électriques et les énergies renouvelables, est sur le point de devenir la plus grande entreprise jamais ajoutée au S&P 500. Avec sa capitalisation boursière actuelle, Tesla est plus importante que les cinq plus grandes entreprises du sous-secteur de l’énergie du S&P 500 réunies.

Des riches investisseurs impliqués

Mais l’attention que les riches du monde entier portent au changement climatique est bien plus répandue qu’au seul niveau des milliardaires du marché. Il existe un dicton qui dit qu’il faut garder la politique hors de son portefeuille, et c’est de plus en plus le cas pour les riches investisseurs lorsque la question du changement climatique est en jeu. Ils regardent les chiffres et voient dans l’investissement un impératif plutôt qu’un point de discorde.

Michael Sonnenfeldt, l’entrepreneur qui dirige Tiger 21, un club d’investissement pour les ultra-riches, a passé beaucoup de temps au cours des années à son alma mater, travaillant avec la Sloan Management School du MIT et des modélisateurs climatiques sur le projet Climate Pathways, qu’il a contribué à fonder. L’un de ses principaux objectifs est de démontrer aux élus bipartites et aux chefs d’entreprise ce que les données climatiques signifient en termes de conséquences réelles.

Après avoir travaillé ces dernières années avec le projet climatique du MIT et montré les données à de nombreux élus des deux côtés de l’allée, M. Sonnenfeldt a déclaré qu’il était devenu évident que les modèles ne montraient pas seulement la climatologie, mais qu’ils identifiaient les principaux ensembles d’opportunités dans le monde de l’investissement. « Il est devenu clair pour moi qu’il existe de réelles opportunités autour du climat, que vous y croyiez ou non« .

Covid-19 et l’accélération de la cause climatique

Ce n’est qu’au cours des six derniers mois que son club d’investissement a formalisé une approche du climat en tant que nouveau méga-thème d’investissement. Comme il le dit aux membres du nouveau groupe d’investissement climatique Tiger 21′s, il n’est pas nécessaire de croire au changement climatique pour savoir qu’il va transformer les économies.

Tiger 21 compte de nombreux membres au Canada, ainsi qu’à Dallas et Houston, où des fortunes ont été faites en se nourrissant des ressources naturelles, mais M. Sonnenfeldt a déclaré que dans ces régions, les investisseurs ne peuvent pas ignorer que c’est le secteur du pétrole et du gaz qui est en détresse et que les énergies renouvelables ressemblent désormais à des actifs à long terme.

Le Covid-19 a contribué à déclencher ce réveil des investissements. Le club d’investissement pour les riches était autrefois centré sur des réunions en personne, mais cela a changé et le passage à des groupes virtuels d’investisseurs de Tiger 21 ayant des intérêts similaires, quel que soit leur lieu d’implantation, a été l’un des facteurs qui ont conduit à la formation d’un groupe d’investissement sur le climat au début de cette année.