Les écologistes du désert ont un travail difficile. Leurs efforts pour comprendre le fonctionnement du monde naturel n’ont jamais été aussi urgents. Les écosystèmes des zones arides abritent plus d’un tiers de la population mondiale et de la nourriture, mais ils deviennent de plus en plus chauds et secs. En 2020, l’Arizona a battu son record du nombre de jours où la température était égale ou supérieure à 43 degrés celsius. Pourtant, la recherche nécessaire pour protéger ces écosystèmes est une entreprise compliquée qui implique un travail de terrain ardu, parfois même dangereux, et un temps précieux.

L’Arizona allie écologie et technologie

Les étudiants et les chercheurs de l’université d’État de l’Arizona découvrent que les innovations en ingénierie et en informatique peuvent offrir des solutions intéressantes pour accroître l’efficacité des écologistes et les aider à trouver plus rapidement des solutions pratiques en matière d’environnement.

Heather Throop, professeur associé d’écologie à la School of Earth and Space Exploration et à la School of Life Sciences de l’ASU, étudie les cycles du carbone et de l’azote dans les écosystèmes des zones arides. Jnaneshwar Das, professeur adjoint de recherche à la School of Earth and Space Exploration et au Center for Global Discovery and Conservation Science, crée des drones et des robots qui peuvent collecter des données environnementales sophistiquées.

Throop a rencontré Das pour la première fois lorsqu’il a fait une présentation sur l’utilisation de la technologie de l’imagerie et de l’apprentissage automatique pour surveiller et compter les récoltes dans les milieux agricoles. Elle a tout de suite compris que travailler ensemble ouvrirait des possibilités uniques pour la recherche.

« J’ai reconnu que ces mêmes types de processus pouvaient être utiles pour le genre de travail que je fais. J’étais très excitée de lui parler« , a déclaré Throop. « Un aspect unique de l’ASU est la nature réellement collaborative de cette université« .

Robotique écologique

Leurs discussions ont conduit à la formation d’un groupe de robotique écologique. Dirigé par Throop et Das, il comprend des étudiants en écologie et en géologie, des chercheurs postdoctoraux et des étudiants en ingénierie du laboratoire DREAMS (Distributed Robotic Exploration and Mapping Systems) de Das et du laboratoire Throop Drylands in a Changing Earth. Ensemble, le groupe trouve des moyens créatifs d’étudier les écosystèmes des zones sèches.

Selon les Nations unies, les zones arides occupent plus de 40 % de la surface terrestre, abritent un tiers de la population mondiale et produisent plus de 40 % de l’agriculture mondiale, ce qui rend ces systèmes et leurs cycles de carbone importants à comprendre.