Selon la récente déclaration du groupe de réflexion Autonomy, les pays signataires de la COP21 doivent diminuer considérablement le temps de travail hebdomadaire de leurs travailleurs, s’ils souhaitent atteindre leur objectif de limitation du réchauffement climatique.

5h30 maximum de travail par semaine

Toujours selon ces chercheurs, les pays de l’OCDE doivent limiter ce temps de travail à cause de la quantité d’émission de gaz à effet de serre provoqué par un temps de travail aussi élevé. Ils ont notamment étudié 3 pays européen : l’Allemagne, la Suède et l’Angleterre.

En ce qui concerne l’Allemagne, le temps de travail conseillé ne dépasse pas les 6 heures par semaine, face à 12 heures pour la Suède et 9 heures pour l’Angleterre.

En moyenne, les pays de l’OCDE (dont la France), devraient ramener leur temps de travail à 5h30 hebdomadaire s’ils veulent préserver l’environnement. Un chiffre qui fluctue tout de même d’un pays à l’autre, principalement face aux différences d’émissions de gaz à effet de serre produit par leurs économies.

Une baisse de l’activité économique en faveur de la planète

Selon Philippe Frey, de l’Institut de Technologie de Karlsruhe (Allemagne) : « Je dirais que la crise climatique nécessite une baisse sans précédent de l’activité économique (…) Si la durabilité écologique nécessite une baisse générale de la consommation, alors l’augmentation du temps de loisir n’est pas tant un luxe mais une urgence ».

« Il est nécessaire de mettre en place d’autres mesures qui facilitent une transformation économique radicale, comme remplacer certains métiers du secteur industriel par des métiers du secteur tertiaire, l’extraction d’énergies fossiles par des actions respectueuses de la planète, par exemple, les opérations de reforestation ».